François

1) Shipping Lab : Comment as-tu débuté dans le monde maritime ?

François : Originaire de Saint-Malo, j’ai eu la chance de grandir dans un environnement très maritimisé. C’est grâce à cela que j’ai développé une vraie passion pour les enjeux du transport maritime et le développement des activités en mer. Néanmoins, ce n’est qu’en grandissant que s’est dessinée ma carrière dans le milieu maritime.

 

2) Shipping Lab : Quelle est ta formation et quelles sont tes activités aujourd’hui ?

François : Je suis titulaire d’une licence de Science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et d’un Master à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de Londres. Après avoir mené des recherches sur la géopolitique de la mer à la Commission OSPAR et à l’Organisation Maritime Internationale (OMI) à Londres, j’ai travaillé à l’ONU à New York sur le programme de formations des diplomates.  Pour terminer, j’ai suivi une formation professionnelle à l’Institute of Chartered Shipbrokers (ICS), spécialisée sur le fonctionnement de l’industrie maritime. Aujourd’hui, j’ai deux activités principales :

 

  • Courtier maritime offshore pour Global Renewables Shipbrokers (GRS)

GRS est le leader du courtage maritime dans le secteur des énergies marines renouvelables. Mon rôle est de développer les relations avec les développeurs de projets de parcs éoliens en mer ou de fermes hydroliennes, les fabricants de turbines, les armateurs et les sociétés impliquées dans la chaîne logistique des projets. J’interviens à toutes les étapes du projet, de la recherche d’un navire ou d’un équipement à la signature d’un contrat d’affrètement en passant par la négociation des offres pour le compte du client.

 

  • Co-fondateur et responsable du Business development de la start-up NoFuel

NoFuel développe des projets nautiques premiums 100% électriques. Nous souhaitons allier des technologies modernes et innovantes comme la propulsion électrique, l’alimentation par panneaux solaires ou la connectivité entre le bateau et son pilote avec la noblesse du bois et l’élégance des runabouts du début et du milieu du XXème siècle.

 

3) Shipping Lab : Qu’est ce que tu affectionnes dans ton job ? Quels en sont les avantages et inconvénients ?

François : Le monde maritime est un univers passionnant et concret. Y travailler, c’est finalement apprendre, comprendre et analyser les enjeux internationaux qui régissent le monde du XXIè siècle. Je n’ai rien trouvé de plus stimulant à ce jour !

Le métier de courtier maritime est très prenant car vous êtes l’intermédiaire de nombreux acteurs et l’on fait appel à vous sur des questions commerciales, juridiques ou encore techniques. C’est donc primordial de maintenir un haut niveau de connaissances pour toujours avoir de l’avance sur la demande de votre client. Quant au métier d’entrepreneur dans le secteur maritime/nautique, c’est là aussi un vrai challenge. C’est un secteur ancien qui petit à petit se tourne vers le numérique, le développement durable et l’économie collaborative. Participer à cette évolution est très formateur et très exaltant !

Un des inconvénients récurrents de ce secteur est son manque de reconnaissance et cette image parfois conservatrice et fermée. Les métiers maritimes sont bien plus nombreux qu’on ne le pense.

 

4) Shipping Lab : Quelle est ta vision sur le rôle de Shipping Lab pour le secteur ?

François : Pour lutter contre ce déficit de notoriété, Shipping Lab doit maritimiser la jeunesse, la politique, les entreprises et les entrepreneurs. Promouvoir les métiers et les carrières maritimes sont un passage obligatoire pour parler du maritime, de ses acteurs et de son économie.

Shipping Lab en tant que communauté doit permettre de tisser des liens là où l’action individuelle et dispersée n’a que peu d’impact. En faisant appel à la fois aux technologies numériques et aux rencontres physiques avec ceux qui font le maritime et ceux qui ne le connaissent pas, Shipping Lab a les moyens de convaincre un large public de s’intéresser à la mer, à ses opportunités et pour certains de devenir les acteurs maritimes de demain.